12 commentaires

  1. Hélène J.

    J’ai juste envie de vous dire de laissez courir.

    Vous ne pouvez pas empêcher quelqu’un de dire ou de penser « tu verras… », c’est dans la nature humaine. Je suis la première à réagir et à vous dire que ce n’est pas cool (parce que j’y ai eu droit) mais je suis également la première à le penser quand un très proche me dit « mon bébé, LUI, est calme, souriant, on peut l’emmener partout à toute heure sans conséquence ». Oui, je le reconnais, je pense « oui, profites, tu verras »… Tout en espérant pour lui que tout continue de rouler… Mais tout de même, je l’ai pensé. Pourquoi ? Parce que je confie ma fille une fois par semaine à mes parents pour pouvoir dormir ou lorsqu’on sort et que je veux respecter son cycle de sommeil (et le mien :-) parce que je connais les effets secondaires sur les jours suivants. Il m’a fait la remarque, j’en aurai pleuré. Au final, je me suis sentie incomprise, jugée. Alors oui, je l’ai pensé… Tu verras… Ça relève presque du système d’auto-défense, c’est une manière de justifier ses choix.

    Et puis, des paroles de pro, m’ont rassurées, m’ont fait beaucoup de bien et m’ont déculpabilisées. Vous n’avez pas d’enfant et pourtant, vous m’avez donné des pistes qui pour certaines ont fonctionné avec Léa. Vous ne les avez pas testé avec vos propres enfants mais vous les testez au quotidien avec ceux des autres. Certes il y a une frontière mais au final… gérer des pleurs: vous le faites, gérer des enfants qui se chamaillent, vous le faites, gérer un repas où les petits pois volent, vous le faites aussi… Il y a une base commune quoi qu’on en pense.

    Oui, pour l’instant, vous êtes la pro mais vous avez cette chance d’avoir la théorie, d’être au contact d’enfants, avant de pratiquer pour votre propre famille. Vous avez la chance d’avoir étudié des méthodes, des idées, des possibilités d’action/réaction… Vous ne serez pas dans l’inconnu total pour votre premier. Il est fort probable que des ajustements soient nécessaires mais comme vous le dites, le principal est de rester fidèle à vous-même et de respecter vos valeurs. Vous savez ce que vous voulez, c’est quand même le meilleur des « plans » pour l’avenir.

    Et pour finir, oui, être parents, c’est parfois la crise planétaire- fin du monde-inquiétude ,y aura t’il des survivants ??? – tout explose et puis pouf, grand silence, retour à la normale, grand sourire de la première merveille du monde, yeux qui pétillent, cette façon de dire maman, cochon, gâteau qui n’émerveille que nous… et en 7min35s, vous avez oublié le cataclysme et vous chantez les crocodiles qui vont tabasser les éléphants, Oléééé … Alors même si certains commentaires poussent à se faire ligaturer les trompes, faut s’abstenir. Parce qu’un enfant, ce n’est pas « que » mais tout de même un bon 88% de bonheur (pourcentage pouvant fluctuer en fonction de la météo).

    Pour finir mon blabla, pour tenter de vous réconcilier avec le « tu verras », je vous souhaite sincèrement de voir, de découvrir et pouvoir savourer ces 88% de bonheur !

    Répondre
    • Madame Gazouille Madame Gazouille

      Merci beaucoup. Encore une fois, ça me touche et j’ai les larmes aux yeux.
      Je sais que le « tu verras » est humain, je l’ai déjà utilisé… Je le regrette, j’ai peut être fait du mal ou de la peine à la personne qui l’a entendu…
      Ça me touche plus que ça ne le devrait… C’est juste le sentiment de ne pas avoir toujours la légitimité de donner des conseils, vu que je ne suis pas parent.
      J’espère aussi vivre un jour ces 88% variables de bonheur. Un jour.
      Merci encore.

      Répondre
      • Hélène

        Alors ne doutez plus de votre légitimité, vous nous prouvez au quotidien votre implication et votre volonté d’accompagner au mieux enfants et parents pendant nos années à la crèche. Merci à vous. Bonne soirée

        Répondre
  2. Lallemand Delphine

    Je ne pense pas que tu changeras tes principes et tes idées.
    En revanche comme tu es « pro » on sera encore plus attentive a ce que tu fais avec ton enfant ( moi je le ressens comme ca)
    Et en tant que maman j’apprécie tes conseils qui sont toujours bon!

    Répondre
    • Madame Gazouille Madame Gazouille

      Merci beaucoup !
      Oui tu as raison : quand on est pro, on doit savoir… Mouais.

      Répondre

  3. Je comprends ton ras le bol et je pense que ton blog et les informations qu’on y trouve sont tout à fait légitimes même si tu n’es pas maman!
    Déjà parce que tu travailles avec des enfants et que tu as l’habitude de les côtoyer autant dans les bons que les mauvais moments, puis parce que ça t’intéresse et que tu ne lances pas des phrases toutes faites sans avoir potasser le sujet et aussi parce que se remettre en question ne semble pas te faire peur (et je trouve que ça c’est essentiel et pas forcément évident pour tout le monde)!

    Je trouve toujours des réflexions intéressantes ici et je ne me suis jamais dit que c’était facile de lancer ça quand on a pas d’enfants à la maison. Ce sont des pistes et chacun pourra y piocher toutes les idées qu’il le souhaite!
    C’est certain que lorsque tu deviendras maman à ton tour cela va chambouler des choses, c’est un changement énorme pour chaque nouveau parent, mais je pense que peu de gens ont la chance d’en connaitre autant sur le sujet avant la naissance de leur premier enfant et avoir déjà fait tout ce chemin vers la bienveillance, j’en aurais rêvé! Je ne doute pas un instant que tu seras une maman formidable quand tu auras la chance de pouvoir mettre tout cela en pratique chez toi!

    Répondre
    • Madame Gazouille Madame Gazouille

      Merci beaucoup, vraiment. Ça fait chaud au cœur. Merci.

      Répondre

  4. Etre maman et être professionnelle sont pourtant deux choses qui devraient être bien distinctes pour toutes les professionnelles.
    Je ne suis pas la même en tant que maman et en tant qu’Ap, encore heureux !!! Je ne suis pas là pour apporter la même chose aux enfants des autres qu’aux miens, ni pour leur dispenser la même affection :)
    Du coup, j’ai du mal à voir le rapport.
    Etre maman n’est pas (loin de là) le gage d’être une bonne professionnelle… Et vice versa d’ailleurs !
    Laisse les parler :)

    Répondre
    • Madame Gazouille Madame Gazouille

      Je suis d’accord avec toi.
      Le rapport, c’est que certains partent du principe que parce que je ne vis pas ce qu’ils vivent au quotidien, je ne sais pas vraiment de quoi je parle ou que c’est facile pour moi de dire quelque chose parce que je n’y suis pas confrontée.
      Oui tu as raison, je laisse parler mais des fois, ça fait du bien de dire « marre » :-)

      Répondre
  5. bludivine

    Je pense pas que tu changeras de principes , mais pour ma part je me rends compte qu’enfaite on en demande bcp aux parents. J’ai un bébé de 3 mois et je me disais comme je suis aux de puer je connais un tas de choses, je ferai ca comme ca et ca comme ci …. Et enfaite c’est la désillusion je n’arrive pas à appliquer ce que je demande aux parents ! Mais après comme on dit : les cordonniers sont tjs les plus mal chaussés ! On donne des conseils parce que de notre formation on a appris un tas de choses mais après ça dépend de l’enfant, c’est plus facile avec certains qu’avec d’autre et faut pas oublier que Ya la pression des gd- mères, gde-tantes etc… Qui joue aussi, ça met un frein à nos principes.

    Répondre
    • Madame Gazouille Madame Gazouille

      Merci.
      Oui et je pense qu’on est de bons conseils (ou en tous cas, on essaie) parce qu’il y a une distance avec les enfants des autres. Il n’y a pas cette dimension affective qu’avec ses propres enfants. C’est plus facile de prendre du recul.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *