19 commentaires

  1. laurence

    super texte je bosse en creche de 60 lits et c tout a fait ca!!!! je vais suivre vos conseils!!!

    Répondre
  2. penaranda isabelle

    Merci pour cet article riche et documenté. Un seul truc me gêne : vous appelez les enfants les « loulou » c’est mignon mais pourquoi ? Pourquoi ne pas dire les enfants ?

    Répondre
    • Madame Gazouille Madame Gazouille

      De rien.
      J’utilise « les enfants », « les bébés », « nouveau-né », « nourrisson », « les tout-petits », « les loulous ». ça évite les répétitions dans l’article, je trouve que la lecture en est plus agréable. Par contre, vous ne lirez jamais ici « les gamins », « les gosses »…
      J’utilise beaucoup « loulou » sur ma page facebook, j’aime encore bien ce terme, même s’il n’est pas professionnel (je ne l’utilise pas avec les enfants). J’ai parfois juste envie d’être une personne qui prend plaisir à côtoyer des enfants, avec une dimension plus conviviale que professionnelle. Stou :-)

      Répondre
      • Rocher

        Bonjour, pour palier l’absentéisme et prendre réellement soin du personnel, béneficier des mêmes horaires et des mêmes vacances que les professeurs des écoles participeraient au mieux être de tous, enfants et professionnels de la petite enfance. Une amplitude horaire de 11 heures en collectivité sans vacances durant l’année, quelle épanouissement pour un bébé ou un jeune enfant !!! Les pro ont besoin de repos plannifiés pour concilier vie de famille ( elles ( majorité féminine) sont mères et grand-mères elles aussi et souffrent de ne pas partager le quotidien de leurs enfants ou petits enfants. Transports épuisants, stress au travail, conflits pour poser des jours de congés, conflits entre femmes….

        Répondre
        • Madame Gazouille Madame Gazouille

          Comme je suis d’accord avec vous !!!

          Répondre
  3. Lallemand Delphine

    Merci pour cet article! Je vais essayer de mettre en pratique certaines choses!

    Répondre
  4. waillier

    merci d’avoir pris le temps d’écrire ce CR passionnant en plus de ton quotidien qui a l’air d’être déjà bien chargé !
    On voit bien que même des évidences ont besoin de petits rappels !

    Sylvie

    Répondre
    • Madame Gazouille Madame Gazouille

      De rien. ça me fait plaisir de partager.
      Oui quotidien bien chargé, je ne m’ennuie pas :-)

      Répondre
  5. anne sophie

    Merci pour ce partage . Je vis ce quotidien de joie et de stress : cocktail ennivrant et dangeureux à la fois si on n’arrive pas â prendre soin de soi . Votre texte me touche , je me retrouve parfaitement dans ce que vous decrivez , etant responsable d’une structure associative parentale . Travailler avec l’humain en toute bienveillance et nous demander de faire de la rentabilite est chose compliquee pour moi . Les espaces de parole sont necessaires pour des professionnels comme nous

    Répondre
    • Madame Gazouille Madame Gazouille

      De rien.
      Oui, on a besoin d’en parler, ne serait-ce que pour ne pas se sentir seuls… Bon courage et bonne continuation !

      Répondre
  6. Pauline

    Article très enrichissant. Je travaille en crèche de 40 berceaux; bientôt 55, et c’est exactement ça. Merci pour les conseils!

    Répondre
  7. barbara

    Merci pour ce compte-rendu très intéressant (je suis en plein agrément, mais je lis beaucoup et ce que vous dit me ressemble tellement !!) encore merci

    Répondre
  8. sophie

    Très vrai.
    Je travaille dans une crèche de 40 enfants et ce n’est pas tous les jours évident surtout quand l’équipe ne travaille pas de la même manière et n’a pas la même approche de l’enfant.
    D’ailleurs à ce propos, hier j’ai eu mon oral eje et le jury m’a dit que j’étais très idéaliste qu’il fallait faire attention à la réalité du terrain. Euh qu’en penser?

    Répondre
    • Madame Gazouille Madame Gazouille

      On pourrait en penser qu’ils veulent vous prévenir, pour vous préserver. Ou bien, que eux sont un peu blasés et n’y croient plus trop.
      Je pense qu’il faut garder ses idées peut-être un peu idéalistes, mais avoir à l’esprit qu’il y a beaucoup de difficultés sur le terrain… C’est là où c’est compliqué à vivre pour nous… Il ne faut pas hésiter à en parler, avec des collègues d’autres structures, ça fait du bien.
      Bonne continuation !

      Répondre
  9. koko

    Je travaille dans une crèche parentale et suis responsable adjointe et je suis dans la période où je me sens chanceuse d exercer dans ce genre de structure, a taille humaine, spacieuse, confortable et respectueuse de chacun…je me sens fière de mon équipe et fière du boulot qu’on fait….mais ça n a pas toujours été le cas et la frontière est si fragile, on est si vite déstabilisé, c est la que l on sent que travailler dans ‘l humain’ touche forcément et très facilement a notre propre humanité !

    Répondre
  10. VERO

    je travaille dans une creche de 60 enfants voir plus certains jours 20 pour cent auxquels nous avons droit du personnel qui a ete souvent absent pas remplace et le travail a assumer tout de meme …….tout ça avec le sourire svp car le bien etre des enfants passent en priorite …..certes mais nous dans tout ça?????? qui s inquiete de savoir comment nous allons????alors forcement on se retrouve dans une spirale incontrolable vite vite vite……il faut faire…..et resultat on s entend dire qu on est brusque……dur dur !!!!et remise en question garantie……je vais essayer de mettre en pratique deja le controle de la respiration et tacher de lacher prise…..merci pour cet article !!!!!qui est criant de verite

    Répondre
    • Madame Gazouille Madame Gazouille

      oh oui, nos métiers ne sont pas faciles… j’espère que vous avez réussi à lâcher un peu prise ? c’est compliqué…
      Bon courage et belle continuation !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *