6 commentaires

  1. Jam

    bonjour,
    je vous suis depuis quelques temps et j’aime beaucoup votre façon d’aborder les choses. J’aimerais apporter ma pierre à cet édifice que constitue l’hyperactivité, sa réalité et ce que les gens en disent…
    Je suis orthophoniste en libéral et dans mon quotidien je reçois des enfants présentant des troubles de l’attention certains avec une hyperactivité motrice et d’autres sans, et je confirme tout ce qui a été dit et décrit dans votre retranscription de la conférence.
    Par contre, il est important de pointer une chose qui a tendance à m’énerver: puisqu’en France on ne peut pas poser de diagnostic de TDAH, j’ai en suivi un petit garçon qui va avoir 5 ans, je SAIS qu’il est hyperactif, au vrai sens du terme, sa maman SAIT qu’il est hyperactif, la psychologue qui le suit SAIT qu’il est hyperactif… toute sa famille souffre de la situation, toute la famille subit son trouble, il le subit aussi, mais vous comprenez, il n’a pas 6 ans donc on ne peut pas poser le diagnostic! C’est un truc qui existe et qui me fait bondir!
    Au quotidien, son trouble fait qu’il ne peut pas se poser pour construire la base de ses apprentissages scolaires, par conséquent tout « travail » lui demande un effort énorme et du temps, beaucoup de temps! il s’en rend compte, il est épuisé, ses parents aussi et on ne peut rien faire, il n’a pas 6 ans… argh!

    Répondre
    • Madame Gazouille Madame Gazouille

      Bonjour,
      Merci pour votre témoignage. C’est effectivement rageant de lire ça… Pourquoi l’âge de 6 ans ? Le médecin ne l’a pas abordé. Et si poser le diagnostic prend encore deux ans, comme pour la maman qui témoignait… Y’a un souci dans la procédure !
      Je vous souhaite une bonne continuation avec ce petit. Votre travail doit lui apporter beaucoup, et à ses parents aussi.

      Répondre
  2. Hélène J.

    Bonjour!

    Très intéressant. D’autant que je me suis posée la question pour ma petite cousine (une dizaine d’année). Elle est réellement impressionnante. Mais je ne retrouve pas les symptômes et les conséquences que vous décrivez. Elle est rayonnante, a des amies, n’a pas de soucis à l’école, une famille des plus normales…
    Je réalise maintenant que l’étiquette est vite mise si on ne sait pas vraiment ce qui se cache derrière le mot.
    Finalement, il semblerait que ma petite cousine ait juste l’énergie d’une centrale électrique…

    Merci pour les infos.

    Répondre
    • Madame Gazouille Madame Gazouille

      Je n’ai pas voulu trop développer les symptômes car c’est complexe. Je ne voudrais pas que mon article encourage à mettre les enfants dans des cases : »ça oui, ça non » et amène à des conclusions.
      Je voulais surtout dire qu’il y a beaucoup de raisons possibles à l’agitation d’un enfant, d’où les différentes pistes que les médecins vérifieront avant de poser un diagnostic. Et qu’on utilise ce mot trop rapidement.
      Mettre en avant aussi la difficulté de la maladie au quotidien pour l’enfant et sa famille.

      Je ne dis pas non plus qu’il faut toujours se dire que c’est normal qu’un enfant bouge beaucoup. C’est pourquoi je termine en disant qu’il faut être vigilants mais pas pressés.

      J’aime bien l’expression de « l’énergie d’une centrale électrique » :-) Je crois que j’aurai des occasions de l’utiliser à la crèche 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *