6 commentaires


  1. Merci pour cet article et votre avis sur ce sujet qui fait parfois polémique.
    Personnellement je suis très partagée. Ça m’est difficile de mentir à ma fille, car je trouve vraiment que c’est lui mentir de lui dire de préparer une liste au Père Noël, lui dire qu’il va passer chez nous et déposer des cadeaux au pied du sapin… Je trouve ça très différent que de lui raconter l’histoire d’Elmer ou de Winnie car à ce moment là, elle sait qu’on raconte juste une histoire, que ça n’arrive pas « pour de vrai ».
    La pédagogie Montessori, à laquelle je suis très sensible, privilégie d’ailleurs l’imagination à l’imaginaire! Même pour les livres, elle préfère des histoires de « vrais » enfants (et pas d’âne qui marche sur 2 pâtes et joue au foot ^^). Même si à la maison nous n’échappons pas à ces personnages attachants, je trouve quand même dommage qu’ils restent majoritaires dans les rayons livres pour enfants. Surtout avant 6 ans où c’est encore très difficile pour l’enfant de faire la différence entre réel et imaginaire.

    Ma fille a 5 ans et m’a déjà demandé plusieurs fois si le père Noël existait. Je lui demande alors « Qu’est-ce que tu en penses? » et elle me répond qu’il existe, c’est sûr car sa meilleure amie l’a vu l’année dernière! Et elle n’insiste pas. Je pense qu’elle a envie d’y croire et en même temps, elle se rend bien compte que ce n’est pas vraiment possible. Moi non plus je n’insiste pas et la laisse croire ce qu’elle a envie.
    Cela ne nous empêche pas de préparer Noël avec grand enthousiasme, de préparer les décorations, faire des sablés pour les offrir etc…
    Mais comme vous, je n’ai pas non plus été traumatisée par ce mensonge étant petite, en fait je ne me souviens même pas du jour où je l’ai compris ou appris. Et j’ai toujours beaucoup aimé cette période de l’année . Je crois que mon plus beau souvenir est l’année où pour la première fois j’ai pu offrir à mon tour un petit cadeau à mes parents et mon frère!
    Joyeux Noël à vous!

    Répondre
    • Madame Gazouille Madame Gazouille

      Merci !
      Je comprends ce que vous expliquez. Sauf pour l’imagination / imaginaire. Pour moi c’est lié mais je vais me pencher sur le sujet du coup 😉
      Cependant, votre fille a 5 ans et sait que ce ne sont que des histoires. Un tout-petit étant animiste, croira que les choses, les éléments et autres sont vivants. Donc leur parler d’un éléphant de plusieurs couleurs ou du Père Noël, c’est à peu près la même chose. Ce qui est différent, c’est tout ce qu’il y a autour : le côté commercial notamment.
      La lettre au Père Noël, ça fait partie de l’histoire. Ce n’est pas mentir de dire que les enfants lui écrivent des lettres, c’est l’histoire. On peut avoir envie de s’identifier à un personnage ou envie de vivre l’histoire, on souhaite faire pareil. Faire pareil que ses amis aussi, pour faire partie d’un groupe par exemple. Si le fait d’écrire une lettre vous ennuie par rapport au mensonge, peut-être attendre que cela vienne d’elle ?
      J’imagine votre fille adulte qui échangera avec une amie : « quand j’étais petite, je faisais ma lettre au Père Noël ». Son amie :  » moi j’en ai jamais faite car mes parents m’ont toujours dit qu’il n’existe pas, ça servait à rien. » Elles en seront au même point : il n’existe pas. Elles le sauront toutes les deux mais l’une aura pu en faire l’expérience, cheminer sur la question, choisir d’y croire ou non; l’autre n’aura jamais eu cette possibilité. La pensée autonome (ne pas dire que c’est vrai, ne pas dire que c’est faux) est un concept montessorien aussi.
      Je crois qu’on met beaucoup sur le dos de notre Père Noël et qu’il serait bon de dédramatiser un peu. On peut être bienveillant tout en en parlant, à partir du moment où on accompagne l’enfant selon ses envies, ses questions, ses doutes, qu’on le laisse cheminer sans rien imposer, qu’on ne lui balance pas la fin du mythe au visage, qu’on ne fait pas de chantage, etc. On pourrait en débattre pendant des heures. Certains se trouveront bienveillants parce qu’ils ne mentent pas à leur enfant, d’autres parce qu’ils laissent leur enfant cheminer et vivre l’histoire.
      Bonne fin d’année !

      Répondre

  2. Je n’ai pas encore d’enfant mais je me suis déjà posée la question en voyant mes neveux et nièces émerveillé cet hiver. Puis je me suis rappelée tous mes merveilleux souvenirs de Noël, et les meilleurs furent ceux où je croyais encore au Père Noël. Comme tu dis, sensibilisons les enfants surtout en choisissant de façon intelligente leurs cadeaux et notre façon de célébrer.

    Répondre

  3. oh que j’aime ton article !!
    pour moi le PN fait partie de l’imaginaire des enfants.
    je trouve dommage de priver les enfants de ca parce que les adultes ont décidé qu’il fallait dire toute la vérité et ne jamais mentir (on sait bien que c’est impossible de ne jamais mentir)
    ce qui me hérisse le poil , c’est d’utiliser le PN en chantage ou menace, on touche pas au PN !
    j’en avais fait un article d’ailleurs
    http://verovireauvert.canalblog.com/archives/2014/11/06/30904532.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *